Financement Participatif France et Mazars se sont associés pour réaliser un baromètre du crowdfunding en France en 2019. Focus sur les principaux enseignements du rapport ci-dessous.

1,4 milliard d’euros collectés via le financement alternatif en 2019, une hausse de 33% par rapport à 2018

Premier constat du rapport : le montant des fonds collectés par les différentes plateformes françaises de crowdfunding est en forte augmentation. L’étude souligne une hausse de 33% en 2019 par rapport à 2018, avec un montant total qui est passé d’environ 1 milliard à 1,4 milliard d’euros. A noter que ce nombre a quasiment doublé en 2 ans puisqu’en 2017, 781 millions d’euros avaient été collectés. Cette année, les fonds collectés devraient aisément dépasser la barre des 1,6 milliard d’euros. En l’espace de 5 ans seulement ce montant aura ainsi été multiplié par 10 (169 millions en 2015), preuve de l’engouement grandissant des français pour le crowdfunding, secteur en pleine croissance.

Le financement participatif, plus grosse source de collecte avec 629 millions d’euros

Le baromètre distingue 4 types d’opérations de crowdfunding :

  • Le financement participatif
  • Les cagnottes en ligne
  • La solidarité embarquée
  • Les fonds de prêt aux entreprises en ligne et l’affacturage

Sans surprise, c’est le financement participatif qui représente la plus grosse source de collecte avec 629 millions d’euros collectés l’an passé (+56%). Viennent ensuite les cagnottes en ligne avec 410 millions (+24%), les fonds de prêts avec 358 millions (+12%) et la solidarité embarquée qui représente 9 millions d’euros (+125%). En ce qui concerne le nombre de financements à destination des entreprises, l’étude affirme qu’il a augmenté de 42% en 2019. Le financement participatif a permis de financer 19 954 projets, les cagnottes en ligne 768 728, les fonds de prêt 11 281 et la solidarité embarquée 526.

En France, le financement participatif représente la plus grosse source de collecte du crowdfunding. Crédit : Financement Participatif France

962 millions d’euros collectés pour les entreprises en 2019, principalement à destination des TPE/PME/ETI

Au total, les entreprises ont réussi à collecter 962 millions d’euros l’an passé, contre 689 millions d’euros en 2018. Les TPE, PME et ETI sont celles qui en ont le plus profité (775 M€), avec plus de la moitié des fonds provenant du financement participatif (64%) et un gros tiers des fonds de prêts et de l’affacturage (36%). Les startups ont quant à elles pu bénéficier de 126 millions d’euros au total, dont 63% issus des fonds et de l’affacturage, et 37% du financement participatif. Enfin, l’économie sociale et solidaire (ESS) a quant à elle pu récolter 61 millions d’euros via le crowdfunding en majorité (85%) et la solidarité embarquée (15%).

Les TPE, PME et ETI sont les entreprises qui ont collecté le plus de fonds. Crédit : Financement Participatif France

Le financement participatif, au service du secteur économique et plus particulièrement de l’immobilier

Lorsque l’on regarde de plus près la répartition sectorielle du crowdfunding en France, on constate qu’il bénéficie surtout à 3 secteurs : économique, culturel et social. Le secteur économique est celui qui parvient à collecter le plus de fonds : 576 M€. L’écart est considérable entre ce secteur et les suivants, le culturel ne récoltant que 32 M€ et le social 21 M€.

Pour ce qui est du premier secteur, il est porté par l’immobilier qui représente 57% des fonds collectés. Viennent ensuite l’environnement et les énergies renouvelables (16%), les commerces et services (10%), l’industrie (9%), la technologie et le numérique (4%), l’agriculture (3%), la santé et la recherche (2%). Le secteur culturel contient beaucoup moins de composantes. Les fonds collectés via le financement participatif profitent en majeure partie à l’audiovisuel et la musique (38%) ainsi qu’à l’édition, le journalisme et les publications (37%). Le spectacle vivant (22%) et le patrimoine (3%) ferment la marche. Enfin, les montants récoltés pour le secteur social sont surtout dédiés à l’humanitaire et le solidaire (56%), à l’enseignement et l’éducation (26%) et au sport (18%).

Prêts et obligations, la branche du financement participatif la plus importante devant les dons et les investissements

Le classement par typologie des fonds collectés via le financement participatif nous apprend que les prêts et obligations dominent – de loin et sans surprise – les dons et les investissements. La catégorie leader a en effet permis de collecter 508 millions d’euros, dont 453 M€ via l’obligation, 32 M€ via le prêt rémunéré, 20 M€ via le minibon, et 3 M€ via le prêt non rémunéré. Les dons ont quant à eux permis de récolter 79,6 M€, un chiffre en baisse par rapport aux 83 M€ de 2017 et aux 82 M€ de 2018. En 2019, 53,5 M€ ont été collectés via le don avec récompense et 26 M€ via le don sans récompense. Enfin, cette année les investissements ont représenté 41,5 millions d’euros, avec 39,5 M€ collectés grâce à l’investissement en capital et 2 M€ en royalties. Un chiffre en légère hausse par rapport à 2018 (40,6 M€), mais bien en dessous des 58 M€ réalisés en 2017.

En ce qui concerne les montants moyens collectés grâce aux prêts et aux obligations, on constate que les projets qui font appel à l’obligataire sont ceux qui récoltent les plus grosses sommes, avec une moyenne estimée à 722 000 euros par projet en 2019. Viennent ensuite le prêt rémunéré (404 000 euros), le minibon (169 000 euros), et le prêt non rémunéré (2454 euros). Pour le don, ceux avec récompense sont en moyenne estimés à 5942 euros, et 2604 euros pour ceux sans récompense.

Les prêts et obligations sont la branche du financement participatif la plus importante devant les dons et les investissements. Crédit : Financement Participatif France

Vous souhaitez accéder à l’étude en intégralité ? Cliquez sur ce lien.