Dans un contexte où le coronavirus (COVID-19) est déjà bien ancré en France et continue de se répandre de façon exponentielle, le gouvernement a pris une série de mesures pour protéger les citoyens français mais également les entreprises.

Nombreux sont les secteurs d’activité qui sont durement affectés par la pandémie. Quelles sont les solutions mises en oeuvre pour tenter de sauver l’économie ? Quels recours les sociétés ont-elles pour tenter de réduire au maximum les répercutions économiques dont elles seront victimes ? Le point ci-dessous.

Des mesures immédiates prises par le gouvernement pour soutenir les entreprises

Pour tenter d’endiguer les impacts économiques auxquels les entreprises vont devoir faire face, le gouvernement a annoncé une série de mesures de soutien à effet immédiat :

  • Des délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts).
  • Des remises d’impôts et de cotisations directs dans les cas les plus difficiles, pouvant être décidées dans le cadre d’un examen individualisé des demandes.
  • Un soutien de l’État et de la banque de France pour assurer une médiation des crédits, et ainsi être en mesure de négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires.
  • La mobilisation de Bpifrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie.
  • Le maintien de l’emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel, simplifié et renforcé.
  • L’appui par le médiateur des entreprises au traitement de conflits avec des clients ou fournisseurs.
  • La reconnaissance par l’État et les collectivités locales du Coronavirus comme un cas de force majeure pour leurs marchés publics. En conséquence, pour tous les marchés publics d’État et des collectivités locales, les pénalités de retards ne seront pas appliquées.

Pour se faire accompagner dans leurs démarches, les sociétés ont également à leur disposition un référent unique de la DIRRECTE dans leur région. Pour avoir les coordonnées du référent de votre secteur, cliquez sur ce lien.

A noter que le ministre de l’économie Bruno Le Maire a également annoncé plusieurs autres mesures, comme la création d’un fonds de solidarité de 1 milliard d’euros, pour aider les plus petites entreprises, les indépendants et les micro-entreprises qui ont perdu plus de 70% de leur chiffre d’affaires entre mars 2019 et mars 2020. Les concernés toucheront notamment un forfait de 1500€. Les factures d’eau, de gaz, d’électricité ainsi que les loyers devraient également être suspendus pour ces sociétés ainsi que pour les micro-entrepreneurs.

En plus d’un plan de soutien de 45 milliards d’euros garanti pour aider les entreprises et salariés, l’État a également annoncé la prise en charge intégrale du chômage partiel demandé par les entreprises pénalisées par la propagation du virus. Les nouveaux prêts bancaires seront aussi garantis par l’État à hauteur de 300 Milliards d’€. Une mesure qui à vocation à garantir le maintien de la trésorerie pour les entreprises et de rendre l’octroi de crédit bancaire plus facile. Cet engagement se double d’un dispositif de garantie des prêts dans la zone euro décidé par l’Eurogroupe, à hauteur de 1000 Milliards d’€.

Les établissements bancaires s’engagent à aider leurs clients professionnels durement touchés

Les banques se sont engagées à examiner avec une attention particulière les situations individuelles de leurs clients commerçants, professionnels, petites et moyennes entreprises, impactés dans les secteurs d’activité les plus directement exposés. Plusieurs mesures ont donc été décidées par les établissements bancaires, pour agir de façon concrète et aider les sociétés dans le besoin :

  • La mise en place de procédures accélérées d’instruction de crédit pour les situations de trésorerie tendues, dans un délai de 5 jours, avec une attention particulière pour les situations d’urgence.
  • Le report jusqu’à six mois des remboursements de crédits pour les entreprises.
  • La suppression des pénalités et des coûts additionnels de reports d’échéances et de crédits des entreprises.
  • Le relais des mesures gouvernementales : dans le cadre des échanges avec les clients, communication et explication des mesures de soutien public (report d’échéances sociales ou fiscales, mécanisme de garantie publique comme BPI…).

Un accès dédié et d’autres mesures exceptionnelles également activés par Bpifrance

Afin de soutenir et d’accompagner les entreprises dont l’activité est fortement impactée par le coronavirus, Bpifrance a également mis en place des mesures exceptionnelles ainsi qu’un accès dédié. Parmi les dispositifs déployés :

  • L’Octroi de la garantie Bpifrance, pour les prêts de trésorerie accordés par les banques privées françaises aux entreprises affectées par les conséquences du Coronavirus.
  • La prolongation des garanties classiques des crédits d’investissement, pour accompagner les réaménagements opérés par les banques, sans frais de gestion.
  • Le réaménagement des crédits moyen et long terme pour les clients Bpifrance, sur demande motivée par le contexte.
  • La suspension du paiement des échéances des prêts accordés par Bpifrance à compter du 16 mars, pour les 6 prochains mois.
  • Une garantie de la banque à hauteur de 90% si elle fait un prêt de 3 à 7 ans.
  • Une garantie à hauteur de 90% du découvert si la banque le confirme sur 12 à 18 mois.
  • Une proposition d’un prêt sans garantie de 3 à 5 ans jusqu’à 5 M€ pour les PME, et 30 M€ pour les ETI – en partenariat équivalent avec les banques.
  • La mobilisation des factures et l’ajout d’un crédit de trésorerie de 30% du volume mobilisé.

Un numéro Vert est également disponible afin de répondre aux personnes qui souhaitent obtenir de plus amples informations : 0 969 370 240.

Le placement de trésorerie via le crowdlending, une alternative pour financer l’économie réelle

Dans un contexte difficile pour les entreprises de toutes tailles, et particulièrement néfaste pour les PME, TPE ou startups, le placement de trésorerie via le financement participatif est une alternative concrète pour financer l’économie réelle et faciliter le développement des sociétés à la recherche de financements. Via le crowdlending, personnes morales et particuliers peuvent ainsi continuer à soutenir l’économie en prêtant des fonds à des entreprises auxquelles ils sont sensibles.

Comme les autres entités du groupe Asteryos (Melyad pour le financement public et Byzence pour le financement privé), myOptions se tient bien entendu à la disposition des prêteurs et emprunteurs pendant toute cette période exceptionnelle. Afin de répondre aux inquiétudes de financement des entreprises ou pour anticiper leurs besoins de trésorerie, le groupe Asteryos met à disposition des sociétés un diagnostic gratuit. Il permettra à nos équipes d’identifier avec les porteurs de projet les différentes solutions de financement possibles pour leur entreprise. Pour prendre rendez-vous dès maintenant, cliquez sur ce lien.