Pour la 5ème année, le cabinet de conseil et d’audit Deloitte a réalisé une étude sur les Français et leur perception de la Fintech et de l’Insurtech. Focus sur les principaux enseignements ci-dessous.

Les canaux digitaux fortement utilisés pour réaliser des opérations bancaires

D’après le rapport, 84% des Français réalisent des opérations bancaires en ligne, dont 43% systématiquement et 41% de temps en temps. Seuls 9% affirment ne pas réaliser d’opérations de ce type en ligne. On observe également une forte progression de l’utilisation de l’Internet mobile pour la réalisation d’opérations en tout genre, au détriment de l’Internet fixe et de la présence en agence. Les sondés préfèrent cependant toujours se rendre en agence pour effectuer des opérations jugées plus complexes, telles que des investissements et placements (51%), demandes de crédit (62%), la souscription à une assurance (57%) ou l’ouverture d’un compte (66%).

84% des Français réalisent des opérations bancaires en ligne. Crédits : Deloitte

Pour interagir avec un conseiller, les personnes interrogées privilégient le site web (69%), même si le smartphone (63%, +4) et l’application mobile (56%, +6), classés en 2ème et 3ème position sont de plus en plus plébiscités. Les réseaux sociaux arrivent en 4ème position et enregistrent eux aussi une belle hausse (32%, +5).

Les Fintech vues comme une alternative aux banques, mais leurs services restent perçus comme secondaires

D’après l’étude, la majorité des Français (60%) pense que les Fintech resteront des outils et services secondaires. Ce qui n’empêche pas 68% d’entre eux d’affirmer qu’ils vont se généraliser et prendre une part importante dans le secteur financier. 70% des sondés pensent même qu’elles sont des produits d’avenir. Preuve que les services proposés par les startups Fintech et Insurtech sont de mieux en mieux acceptés par les Français, même si ils ne font pas encore vraiment partie de leur quotidien (c’est le cas pour seulement 35% des sondés).

Autres données intéressantes, 50% pensent que ces services leur permettraient de renforcer leur relation avec leur banque. 43% affirment qu’ils sont prêts à y souscrire en complément, et 31% qu’ils leur donnent envie de quitter leur banque. A noter que pour 34% des Français, les solutions Fintech/Insurtech sont vouées à disparaître rapidement, une croyance qui a augmenté de 3 points cette année.

78% des Français ne savent pas ce qu’est une Fintech, un chiffre qui monte à 83% pour les Insurtech

Les nouveaux services numériques dans les domaines de la finance et de l’assurance sont toujours très méconnus en France. 78% des sondés ne savent pas ce qu’est une Fintech. Seuls 14% des Français sont capables de citer un nom en rapport avec le secteur et plus particulièrement :

  • Le paiement et les transferts en ligne (Paypal, Leetchi, Lydia, Stripe…) : 4%
  • Les banques en ligne et néobanques (N26, Revolut, Orange Bank…) : 4%
  • Les crédits en ligne ou le crowdfunding (KissKissBankBank, Ulule, Credit…) : 2%
  • Les applications de gestion de budget (Bankin’, Amundi…) : 1%
  • Les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) : 1%

L’insurtech a une notorité bien inférieure à la Fintech, puisque 83% des Français ne savent pas à quoi correspond ce terme. 9% d’entre eux seulement peuvent citer un nom en rapport avec :

  • Les assurances en ligne ou collaboratives (Fluo, Advize, Luko…) : 4%
  • Le consulting, les courtiers ou comparateurs (Pandat, Kapitall, Square…) : 1%

Des services reconnus comme étant innovants, mais qui restent incompris pour une partie des Français

Le rapport affirme que 82% des Français reconnaissent le caractère innovant des solutions Fintech et Insurtech. Plus de la majorité en perçoit d’ailleurs l’utilité (60%, un chiffre qui a augmenté de 4 points par rapport à l’édition 2019 du baromètre).

Cependant, 21% des sondés trouvent tout de même que les services proposés par ces 2 secteurs sont incompréhensibles et impossibles à utiliser. 35% pensent l’inverse, et 44% sont mitigés sur le sujet. Dans ce contexte, des efforts sont peut-être à réaliser de la part des sociétés Fintech et Insurtech, pour mieux communiquer et vulgariser leurs solutions afin que leurs usages et enjeux puissent être compris par l’ensemble de la population, et pas seulement les millenials.

Le fait de ne pas ou de mal comprendre les différentes solutions proposées par ces secteurs innovants fait que les Français se focalisent surtout sur les risques et défaut des services proposés. Ainsi, ils sont nombreux à citer leur peur de :

  • Etre importuné par la réception de publicités et offres promotionnelles (70%)
  • Ne pas avoir d’interlocuteur disponible en cas de problème (69%)
  • Voir leurs données personnelles utilisées sans leur consentement (69%)
  • Perdre de l’argent en cas de faillite de la société (68%)
  • Se faire facilement voler leurs données financières ou leur identité bancaire (66%)
  • Avoir un niveau de qualité de services nettement insuffisant (57%)
  • Rencontrer plus facilement des erreurs de paiement (54%)

21% des Français trouvent que les solutions Fintech/Insurtech sont incompréhensibles et impossibles à utiliser. Credits : Deloitte

Pédagogie, simplicité, sécurité, les 3 attentes des Français pour qu’ils utilisent davantage les services Fintech/Insurtech

D’une année sur l’autre, les exigences des Français n’ont pas évolué en ce qui concerne leurs critères d’adoption des solutions Fintech et Insurtech. Trois attentes principales se dégagent en effet : plus de pédagogie, de simplicité, et de garanties de sécurité des solutions. Globalement, les sondés souhaitent en effet :

  • Qu’on leur explique davantage les bénéfices de ces solutions (34%)
  • Qu’elles soient plus simples à utiliser (29%)
  • Que ces solutions et leurs données soient plus sécurisées (29%)
  • Que ces services soient proposés par leur banquier et/ou assureur (26%)
  • Qu’on leur explique les solutions en détail pour comprendre leur caractère innovant (23%)
  • Que la souscription à ces services soit plus simple (19%)
  • Qu’on les accompagne davantage dans la 1ère utilisation de ces nouvelles solutions (18%)
  • Que des proches ou relations les utilisent (17%)

Les services de paiement simples et instantanés, solutions Tech les plus utilisées par les Français

Dans le top des services FinTech/Insurtech les plus utilisés par les Français dressé par le rapport, on constate que les 3 premières places sont occupées par le paiement en ligne sans coordonnées (63%), le transfert d’argent entre particuliers (40%), le virement instantané (36%). Viennent ensuite :

  • Le paiement sans contact avec smartphone (29%)
  • Les comparateurs de prix et de services (27%)
  • Les cagnottes en ligne (24%)
  • Le financement participatif (21%, +4)
  • Amazon Pay (18%, +5)
  • La santé connectée (16%,+5)
  • L’agrégation de comptes (15%)
  • Les cryptomonnaies (13%, +3)
  • L’assurance habitation connectée (12%, +4)
  • L’assurance auto connectée (9%)
  • Le conseil automatisé en investissement (9%, +3)
  • L’agrégation de contrats d’assurance (9%, +3)

On constate globalement un intérêt en hausse pour les services d’assurance connectée et d’agrégation, quels que soient les secteurs d’activité (santé, habitation ou auto). Autres services de plus en plus plébiscités par les Français et qui ont enregistré une belle progression, tous ceux qui sont liés à la cybersécurité (sécuriser ses données, gérer ses documents administratifs, obtenir des conseils de prévention, les coffres-forts électroniques…), mais aussi les services d’assistance (trouver un emploi, logement, artisan, une garde d’enfants…).

Selon l’étude, 78% des Français sont intéressés par au moins un service extrafinancier, et souhaitent être accompagnés par leur banque ou assurance dans le choix de ces solutions, qui vont au delà de leurs champs d’action traditionnels. Comme l’affirme le rapport, « les banques et assurances peuvent ainsi tirer profit de la confiance que les Français leur portent pour proposer de nouveaux services, en collaborant avec les Fintech et Insurtech ».

Pour accéder au baromètre Deloitte en intégralité, cliquez sur ce lien.

0 Partages