La plateforme de notation et d’estimation de startups Estimeo a réalisé une étude sur l’impact du confinement sur les startups françaises. Même si la plupart des entrepreneurs font preuve d’un bon état d’esprit, la situation actuelle entraîne de nombreux questionnements sur la gestion de trésorerie et la reprise de l’activité notamment. Focus sur les résultats de l’enquête ci-dessous.

La gestion de trésorerie, premier besoin d’accompagnement des startups

La crise actuelle, économique en plus d’être sanitaire, a eu des effets néfastes pour de nombreuses entreprises qui font face à l’arrêt partiel ou total de leurs activités. La gestion de trésorerie est donc logiquement devenue une problématique d’importance capitale pour la plupart des entrepreneurs. Selon l’étude, 30% des startups interrogées affirment que la trésorerie est le premier domaine pour lequel elles souhaitent bénéficier de conseils en cette période de confinement. Les autres besoins d’accompagnement concernent la communication (24%), la valorisation (23%), les ressources humaines (5%), le juridique (3%), les ventes (3%) et la levée de fonds (1%).

A noter qu’en ce qui concerne la gestion de trésorerie, le groupe Asteryos et myOptions se tiennent à la disposition des entreprises innovantes qui souhaitent se faire accompagner. Afin de répondre aux inquiétudes de financement ou pour anticiper les besoins de trésorerie, nous mettons à disposition des sociétés un diagnostic gratuit, qui permettra à nos équipes d’identifier avec les porteurs de projet les différentes solutions de financement possibles pour leur entreprise. Pour prendre rendez-vous dès maintenant, cliquez sur ce lien.

2/3 des startups ont des difficultés financières et vont devoir revoir leur stratégie budgétaire

Justes financièrement parlant, 40% des startups sondées vont devoir réaliser des coupes dans leurs dépenses. 31% d’entre elles estiment avoir suffisamment de trésorerie pour faire face aux charges. 18% affirment que leurs fonds propres sont insuffisants, ce qui les force à négocier un prêt avec leur banque et à décaler le paiement de leurs factures. 7% des startups interrogées se disent être « plus que dans le rouge », et cherchent à augmenter leur capital très rapidement. Elles ne sont que 3% à voir leur situation financière renforcée, la crise étant bénéfique à leurs activités. A l’inverse, 1% des startups affirment que pour elles il est impossible de survivre à cette crise.

La majeure partie des employés sont en télétravail, près d’1/3 ont recours à un mixte télétravail, chômage partiel, congé enfant

Concernant le travail à distance, pour une bonne majorité de startups (62%), tout le monde continue d’assurer ses fonctions en télétravail. 31% des employés ont recours à un mixte qui allie télétravail, chômage partiel et congé enfant. Dans seulement 7% des cas, toute l’entreprise fait appel au chômage partiel ou au congé enfant pour ses salariés.

62% des employés de startups continuent d’assurer leurs fonctions en télétravail. Crédits : Estimeo

Des préoccupations « business » et des actions spécifiques pour tenter de se sortir de la crise

Plutôt que d’attendre désespérément que leur situation s’améliore, une majorité d’entrepreneurs tente de mettre en oeuvre des actions spécifiques pour redresser la barre pendant le confinement. Nombreux sont ceux qui cherchent en effet à :

  • Développer de nouveaux produits ou services (30%)
  • Essayer de nouvelles approches (24%)
  • Adapter leur communication (18%)
  • Repenser leur business model (13%)
  • Renforcer leur networking (6%)
  • Effectuer des tâches de fond (4%)
  • Effectuer des tâches diverses (3%)

Des entrepreneurs divisés face aux annonces de soutien économique du gouvernement

Les annonces de soutien du gouvernement ont suscité des réactions partagées chez les entrepreneurs interrogés. Plus d’un tiers d’entre eux (34%) les ont trouvé floues et incertaines, alors que pour 31% elle étaient à la hauteur de la situation. Pour près d’un quart des sondés (24%), les annonces étaient en adéquation avec leurs besoins, même si dans le même temps ils sont 11% à trouver qu’elles n’étaient pas du tout à la hauteur de la crise.

Plus d’1/3 des entrepreneurs trouvent les annonces de soutien du gouvernement floues et incertaines. Crédits : Estimeo

… mais plutôt confiants quant à la situation post-confinement

Lorsqu’on les interroge sur leur perception qu’ils ont de l’après-confinement pour leur startup, les entrepreneurs sont globalement confiants. Pour plus d’un tiers (38%), la reprise de l’activité sera lente mais sereine. Près d’un quart d’entre eux (23%) envisagent une réduction des dépenses. 15% estiment même que leur chiffre d’affaires va très vite remonter, alors que pour 11% un pivot de l’activité sera nécessaire. A noter que 5% des sondés sont hyper optimistes quant à l’après, la crise profitant déjà à leurs activités.

Pour accéder à l’étude en intégralité, cliquez sur ce lien.